Partenaires

CNRS
Université Paul Sabatier



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Valorisation > Valorisation

Valorisation

DANS LE DOMAINE DES LOGICIELS DE TRAITEMENT D’IMAGES ...

Spikenet Un logiciel de traitement et d’analyse d’images modélisant le fonctionnement du système visuel d’après les données expérimental de l’axe "perception de la scène et de l’objet" a été développé.

  • Le potentiel de ce logiciel baptisé SpikeNet a amené trois membres du CerCo (S. Thorpe, R. VanRullen et A. Delorme) à créer Spikenet Technology une société de valorisation dès 1999
  • Citons quelques domaines d’utilisation de SpikeNet comme la détection des logos dans les transmissions télévisées d’événements sportifs, mais aussi le comptage de personnes ou de voitures et l’analyse d’images satellitaires.

Basée sur SpikeNet, une prothèse permettant aux personnes non ou mal-voyantes de reconnaître et de localiser l’objet qu’elles recherchent est en développement (Institut de Recherche en Informatique de Toulouse -IRIT- équipe DIAMANT – Porteur de Projet Christophe Jouffrais). Ce système de suppléance est basé par la substitution sensorielle d’un espace 3D visuel par un espace 3D auditif.

DANS LE DOMAINE DE lLA RECUPERATION DE L’AUDITION PAR IMPLANTS COCHLEAIRES...

L’un des axes de valorisation au CerCo concerne l’étude de la récupération de l’audition chez des implantés cochléaires dans les domaines du langage et de la perception musicale. Ces études sont menées en collaboration étroire avec le Service d’Otologie de l’Hôpital Purpan (CHU Toulouse) et l’U455 de l’INSERM (IFR96). Les recherches menées concernent :

  • l’évolution de la perception du langage chez l’implanté cochléaire unilatéral, et l’implication des afférences visuelles (lecture labiale) dans cette perception
  • l’implication des circuits visuo-auditifs chez l’implanté unilatéral et bilatéral, étudiée au PET scan, afin de déterminer si les stratégies de compréhension de la parole sont différentes en cas d’implantation uni ou bilatérale
  • l’intérêt et les mécanismes de la perception de la musique chez l’implanté cochléaire
  • les effets combinés d’une stimulation électro-acoustique dans le cadre d’une chirurgie conservatrice de l’audition résiduelle.

Ces études sont menées en partenariat avec les sociétés :

DANS LE DOMAINE DU TRAITEMENT DES DONNEES ELECTRO-ENCEPHALOGRAPHIQUES...

EEGLABEEGLAB est un projet développé en collaboration entre le CerCo, à l’université Paul Sabatier et le Swartz Center for Computational Neuroscience à l’université de San Diego (Etas-Unis). EEGLAB comprend plus de 50000 lignes de programme et 400 pages de documentation. Des chercheurs d’au moins 88 pays ont téléchargé le logiciel (soit un total de plus 60000 téléchargements). Enfin plus de 6000 chercheurs sont abonnés à la liste de diffusion du logiciel, et 212 articles scientifiques référencent à ce jour notre publication de 2004 (Delorme and Makeig 2004). A ce jour, 12 ateliers EEGLAB ont été organisés dont 3 ateliers regroupant plus de 100 participants. Deux ateliers ont été organisés en Midi-Pyrénées et un autre atelier est prevu en Juin 2011. D’autres ateliers ont eu lieu aux Etats Unis, au Chili, à Singapour, en Finlande ou en Australie. EEGLAB est à ce jour le logiciel public le plus populaire pour traiter les données électro-encephalographiques.

DANS LE DOMAINE DES APPLICATIONS DIAGNOSTIQUES...

JPEG - 22.5 ko
DMS 48

Des travaux sur la mémoire de reconnaissance visuelle ont permis de mieux cerner les régions cérébrales qui participent à une faculté cognitive fondamentale : la capacité de déterminer qu’un objet ou un visage a déjà été perçu préalablement ("ce visage m’est familier" par exemple). L’aire cérébrale critique pour cette faculté s’appelle le cortex périrhinal. Or l’un des deux types de lésions caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, les dégénérescence neuro-fibrillaires, débutent précisément dans cette région. Le DMS48, un test neuropsychologique, a été développé pour évaluer précisément l’intégrité fonctionnelle de celle-ci. Une série de travaux en neuropsychologie et en neuroimagerie, réalisée en collaboration avec le CHU Timone à Marseille, a montré que les patients présentant une maladie d’Alzheimer débutante ont effectivement des difficultés au DMS48. Celui-ci est maintenant largement diffusé et utilisé dans les centres mémoires en France et à l’étranger. Il a fait l’objet d’une demi-douzaine de publications.

Mise à jour 28/02/2011