Partenaires

CNRS
Université Paul Sabatier



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Actualités > L’attention recherche de façon non-uniforme dans l’espace et dans le temps

L’attention recherche de façon non-uniforme dans l’espace et dans le temps

Où est Charlie ? A la recherche de Charlie ou, dans la vie de tous les jours, d’une connaissance au sein d’un environnement riche de différents éléments visuels, notre attention se porte-t-elle sur un seul élément à la fois, sur plusieurs éléments, ou bien sur tous les éléments ? En utilisant une méthode innovante, des chercheurs du Centre de recherche cerveau et cognition et de l’université Paul Sabatier, apportent de nouvelles preuves allant à l’encontre d’un déploiement uniforme de l’attention dans l’espace visuel, et suggèrent une périodicité de l’attention dans le temps. Cette étude est publiée dans la revue PNAS.

Les tâches de recherche visuelle, consistant à rechercher un stimulus spécifique parmi un certain nombre d’éléments, constituent un dispositif classique pour l’étude de l’attention en psychologie expérimentale. Cependant, le comportement spatio-temporel de l’attention au cours de telles recherches reste controversé. Notre attention se focalise-t-elle sur un seul élément à la fois, ou sur plusieurs éléments, voire même sur tous les éléments présents dans l’espace visuel ? Dans cette étude, nous avons utilisé une méthodologie innovante, basée sur un raisonnement mathématique simple et qui part du principe (comme la plupart des études sur l’attention) que la force de l’attention se reflète dans les performances comportementales. Un groupe de participants a réalisé une tâche de recherche visuelle requérant d’importantes ressources attentionnelles, et au cours de laquelle des stimuli-sondes étaient flashés à des délais variables. Les performances d’identification de ces stimuli-sondes à chacune des positions de l’espace étaient considérées comme une mesure du déploiement attentionnel. La résolution d’une équation du second degré a ensuite permis de déterminer la probabilité d’identifier correctement les stimuli-sondes à la position la plus attendue (P1), ainsi qu’à la position la moins attendue (P2) de l’espace visuel, au cours de chaque essai (cf. Figure). Etant donné que ces valeurs différaient significativement, nous avons conclu que l’attention se focalisait sur un stimulus (ou groupe de stimuli) à la fois, et n’était pas divisée uniformément sur tous les stimuli. De plus, ce déploiement de l’attention était modulé dans le temps à la fréquence de ∼7 Hz. Cette étude apporte de nouvelles preuves à l’encontre d’un modèle strict de déploiement parallèle de l’attention dans l’espace visuel, ainsi que des preuves en faveur d’une périodicité de l’attention dans le temps. En effet, l’attention au cours de cette tâche de recherche visuelle difficile est distribuée de façon non-uniforme à la fois dans l’espace et dans le temps.

© Laura Dugué. Douglas McLelland. Mathilde Lajous. Rufin VanRullen

Mise à jour 17/12/2015